Exercice d'évacuation, Metz 2011 : Différence entre versions

De WikiRésilience
Ligne 1 : Ligne 1 :
 +
{{#set:Intéresse une collectivité locale=Page}}{{#set:Le visiteur participe, agit=Page}}{{#set:A pour cadre la création d'une dynamique entre les acteurs de son territoire autour de projets=Page}}
 +
 +
 
AIRT « Démarche REX Catastrophes »
 
AIRT « Démarche REX Catastrophes »
 
   
 
   

Version du 23 septembre 2014 à 12:57


AIRT « Démarche REX Catastrophes »

Contexte

L'exercice Evac' Agglo de la ville de Metz a eu lieu les 16 et 17 mars 2011. Il s'agit d'un exercice de déplacement des populations planifié par le préfet de zone de défense Est sur proposition du Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement Durable et de la Mer (MEEDDM). S'agissant d'un exercice de cadres, il n'y a eu ni déploiement sur le terrain, ni gêne au fonctionnement normal de la vie des services et des populations.

Le scénario élaboré envisage la découverte d'obus contenant un gaz toxique au cours d'un chantier, scénario crédible du fait de l'histoire de la région et les bombardements qu'elle a subis. L'objectif de l'exercice était ainsi de tester la réaction, les organisations, la prise de décision et l'interopérabilité des différents services impliqués dans la gestion de crise.

Cet exercice a été mené avec succès par tous les acteurs, même si les solutions envisagées auraient pu être plus détaillées et développées afin de préparer leur mise en place sur le terrain. Il n'a par ailleurs pas permis de soumettre les différents acteurs au stress d'un cas réel.

Présentation du territoire


Metz.bmp

  Situation géographique de la ville de Metz


Environnement

L'exercice s'est déroulé dans la ville de Metz qui compte 160 000 habitants, dans une zone habitée relativement dense avec des équipements et bâtiments publics à proximité : une gendarmerie, des écoles, une prison, des établissements de santé et des équipements sportifs. La ville de Metz est située sur le sillon mosellan qui va de la frontière Luxembourgeoise au sud d’Épinal en passant par Thionville, Metz et Nancy. Elle est traversée par la Moselle dans l'axe nord-sud et par l'autoroute A31. Il existe un contournement de l'agglomération à l'est (A4-N431). A l'est, l'autoroute A4 permet de rejoindre Strasbourg. De même, elle est traversée dans le sens nord-sud par une ligne de chemin de fer importante, que ce soit pour le transport de voyageurs ou le fret. Il s'agit d'un carrefour ferroviaire important : LGV Est, transport vers Luxembourg, Allemagne, etc. Un port dédié au transport de marchandises est présent sur la ville de Metz. Environ 4,2 million de tonnes de marchandises y ont transité en 2010. Il s'agit du sixième port fluvial français. Un aéroport régional est présent au sud-est de Metz. Environ 280 000 passagers ont transité par cet aéroport en 2011. Des transports en commun circulent dans la ville. Il s'agit uniquement de bus. La ville de Metz a été bombardée durant la première et la seconde guerre mondiale, ce qui rend le scénario de l'exercice (découverte d'obus) crédible.

Risques identifiés

Plusieurs risques ont été identifiés sur le territoire :

  • inondations liées à la Moselle qui traverse la ville de Metz
  • mouvements de terrain liés aux remblais et au gonflement-retrait d'argiles
  • tempêtes
  • industriels, liés à la présence d'usines (centrales thermique, électrique, etc.
  • nucléaires, liés à la centrale de Cattenom à environ 40 kilomètres au nord de Metz
  • transports de matières dangereuses.

Mesures pré-existantes

Plusieurs plans d'urgence, de secours ainsi que des mesures existaient avant la survenue de l'évènement :

  • le Plan Blanc du CHR de Metz
  • les Plans Blancs étendus de Moselle et Meurthe-et-Moselle
  • le Plan d'évacuation consolidé de la prison de Queuleu (située dans le périmètre évacué)
  • les Plans de Gestion de Trafic (PGT) Sillon Lorrain, PALOMAR de zone Est et Bruxelles-Beaune
  • un plan ORSEC
  • un plan de secours spécialisé « Transport de Matières Dangereuses »
  • un plan de secours spécialisé « Transport de Matières Radioactives »
  • un plan de secours spécialisé « Autoroutes »
  • un Plan Rouge
  • un Plan Communal de Sauvegarde

Un plan d'hébergement d'urgence existait en Moselle mais n'avait pas été communiqué aux différents services. Il n'a été retrouvé qu'à la fin de la première journée. Certains PGT existants, qui permettent de gérer les crises routières et notamment les coupures d'axes, auraient pu être utilisés du fait du périmètre d'évacuation, mais n'étaient pas connus de tous les services.

Présentation de l'évènement

L'exercice

Le pilotage de l'exercice a été réalisé par la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) de zone. Le scénario était défini à l'avance, mais la majorité des acteurs n'avaient aucune information. Comme beaucoup d'exercice, il n'a pu être mené à son terme du fait du temps disponible. Le retour des personnes évacuées n'a ainsi pas été évoqué. Tous les acteurs participant à l'exercice étaient par ailleurs mobilisés dès le début de l'exercice. Il n'y a pas eu de montée en puissance des acteurs impliqués dans la gestion de l'évènement. Certaines décisions à prendre, comme le périmètre à évacuer, étaient également pré-déterminées. L'heure de début de l'exercice était connue par tous.

Le scénario est le suivant : découverte d'un important stock de munitions chimiques datant de la première guerre mondiale du fait d'un chantier le 16 mars 2011 à 9h00. Il comprend environ 1 000 obus contenant (à priori) du phosgène, un gaz inflammable et explosif. Cette découverte a causé une explosion et l'intoxication de cinq personnes. Compte tenu des risques techniques liés à l’intervention des démineurs, une évacuation de la population a été décidée par le préfet de la Moselle. Ce périmètre d’évacuation concerne environ 40 000 personnes soit près d'un quart de la population de la ville de Metz. Au cours de cet exercice il y a eu injection de sur-évènements (accident sur l'A31), compliquant l'évacuation.

Les acteurs

L'exercice a mobilisé un grand nombre d'acteurs :

  • le Service Départemental d'Incendie et de Secours (SDIS) de Moselle
  • l'Unité Zonale de Coordination des Forces Mobiles
  • la Délégation Militaire Départementale de la Moselle
  • la Police Municipale de Metz
  • le Service de Déminage de Metz
  • le Centre Régional d'Information et de Coordination Routière (CRICR)Est
  • le Groupement de Gendarmerie de Moselle
  • la Ville de Metz
  • les TCRM (Transports en Commun de la Région Messine)
  • l'ARS (Agence Régionale de Santé) de zone
  • la DREAL de zone
  • l’État-major Inter-Armées et l’État-major Interministériel de la Zone de Défense
  • le Commandement de la gendarmerie pour la zone de défense et de sécurité Est
  • le Conseil Régional de Lorraine et le Conseil Général de Moselle
  • la Direction Départementale de la Sécurité Publique de la Moselle et les Direction Départementale des Territoires (DDT) 54 et 57
  • les Préfectures de Moselle et Meurthe-et-Moselle.

Le déroulement

L'exercice a duré 2 jours et 10h. La durée réelle avant retour à la normale est de une semaine (évacuation des obus et retour des personnes évacuées à leur domicile).

16 mars 2011 :

  • découverte des obus et explosion à 9h
  • mise en place d'une cellule de crise à la préfecture (déclenchement du Centre Opérationnel Départemental (COD) 57)
  • zone de confinement de 500 mètres de rayon mise en place suite au déclenchement de la cellule de crise
  • zone des 3 km mise en place en prenant en compte l'effet du vent
  • fermeture des écoles, prise en compte des établissements de santé, du pénitencier, etc.
  • décision d'évacuer l'ensemble des personnes de cette zone (40 000 personnes)
  • déclenchement COD 54 à 14h
  • recensement des possibilités d'évacuation et d'hébergement des personnes non autonomes.

17 mars 2012 :

  • 29 000 personnes ont été évacuées par leurs propres moyens depuis l'évènement. Il reste 11 000 n'ayant pas de moyens de déplacement dont 2 400 à héberger
  • réalisation d'un plan de circulation (route, transport en commun, train)
  • organisation du bouclage de la zone par les forces de l'ordre
  • organisation des opérations de déminage et d'évacuation des obus

Les mesures

Suite à la découverte du stock d'obus, plusieurs mesures ont été prises :

  • l'évacuation des établissements de santé et d'un établissement pénitencier présents sur le périmètre d'évacuation
  • la fermeture des écoles
  • la réorganisation des réseaux de transports en commun
  • l'évacuation des personnes n'ayant pas de moyen de déplacement
  • le déclenchement des Plans blancs CHR de Metz, et 57 et 54 élargis
  • le déclenchement du PGT PALOMAR (accident survenu sur l'A31).


Périmètre évacuation metz.bmp

  Périmètre d'évacuation

Problématiques majeures retenues

Il s'agit d'un exercice zonal d'évacuation d'agglomération faisant intervenir les services de deux départements : la Moselle et la Meurthe-et-Moselle. Les objectifs généraux de l'exercice étaient de tester les capacités de prise de décision de chaque COD, « l’inter-opérationnalité » des COD, la place du COZ et de l’entité zonale ainsi que l’articulation entre l’échelon zonal et départemental.

Les problématiques prises en compte dans l'exercice étaient les suivantes :

  • la circulation routière, notamment du fait des axes coupés par la zone bouclée
  • l'ordre public du fait du bouclage de la zone à évacuer et des problèmes de pillage survenus
  • l'évacuation des établissements scolaires
  • l'évacuation d'un établissement hospitalier et d'une maison de retraite
  • l'évacuation d'une maison d'arrêt
  • l'hébergement des personnes évacuées.

Enjeux et vulnérabilités du territoire

Les enjeux liés à l’évènement (obus dissipant un gaz toxique) sont les populations situées dans la zone à évacuer qui peuvent être intoxiquées par le gaz ; ainsi que la zone en elle-même, qui pour être habitée à nouveau nécessite l'évacuation des obus.

La vulnérabilité du territoire menacé par le gaz vient particulièrement des établissements sensibles (hôpitaux, écoles, prison) et des personnes ne pouvant se déplacer seules.

Voici quelques leviers de résilience du territoire :

  • les réseaux de transport en commun existants (bus et train) qui permettent d'évacuer les personnes qui ne peuvent pas partir d'elles même et de les acheminer vers un lieu d'hébergement
  • les hébergements d'urgence existant et notamment les gymnases en dehors de la zone
  • l'expérience des services liée à une évacuation réelle ayant eu lieu au nord de Metz quelques mois avant cet exercice.

Actions menées en faveur de la résilience territoriale

Aucune gouvernance n'a été mise en place suite à cet exercice et aucune information n'a été centralisée concernant les actions prévues et menées par les acteurs de cet exercice.

Enseignements

Les points positifs

  • évacuation placée sous la responsabilité d'un seul sous-préfet
  • réflexions menées sur les transports en commun
  • estimation des populations concernées, implication de la police municipale, mobilisation des personnels communaux, etc.
  • déploiement rapide des forces de l'ordre
  • partage de la main courante entre les différents acteurs
  • création de procédures pour l'administration pénitentiaire.

Lacunes

  • les aspects transfrontaliers n'ont pas été abordés : pour l'alerte et l'éventuelle collaboration sur les transports ou l'hébergement, ou pour prendre en compte l'évacuation spécifique de populations étrangères
  • les informations n'ont pas très bien circulé entre les différents acteurs, notamment sur le périmètre d'évacuation
  • le point majeur concerne les aspects opérationnels pratiques de l’évacuation. La réflexion bien amorcée n’a pas été déclinée sur le plan opérationnel.
  • au niveau du Conseil Général et du Conseil Régional, il n’existe pas encore de dispositifs de gestion de crise
  • il existe un manque institutionnel dans la représentation des établissements d'enseignement supérieur, qui ne relèvent pas de l'Inspection Académique, d'où l'absence de tête de réseau ;
  • difficulté de recensement des personnes à évacuer dans les hôpitaux par l'ARS et notamment leur besoin en matière de matériel médical pour leur évacuation
  • le retour d'évacuation n'a pas été abordé dans l'exercice
  • pas de site de repli en cas d'évacuation massive de l'agglomération
  • manque de liaisons entre les différentes cellules thématiques du COZ
  • le droit de retrait éventuel des conducteurs des bus n'a pas été pris en compte ainsi que la prise en charge des animaux de compagnie.

Pistes

  • recensement et centralisation des différents plans existants sur le territoire
  • prévoir un plan de retour d'évacuation
  • travailler sur les coûts induits par une telle évacuation
  • travailler sur le positionnement des compétences (rôle de chaque organisation dans la gestion des évènements)
  • répartir les communications entre les différents acteurs
  • pour la ville de Metz, se doter d'un numéro vert
  • prévoir la gestion des frais liés à l’évènement (matériels, personnels, etc)

Références

Fiche résumé réalisée par Adeline Bordais (CGDD-DRI) sous l’initiative et la relecture de Jean-Michel Tanguy (CGDD-DRI) ; à partir des travaux de la version complète de Kévin Dehecq (CETE Est). 08/07/2014.