Soutenir et développer des formes de financement plus souples et locales

De WikiRésilience

Contexte

Quatre principales difficultés rencontrées dans le financement des projets…

Les éléments de cette partie sont partiellement issus de l’atelier sur le financement des projets. La question de départ était : « Quelles sont les difficultés rencontrées pour financer son projet ? ».

Des projets protéiformes qui « ne rentrent pas dans les grilles »

Alors que ce caractère « protéiforme » des projets résilients les rend potentiellement éligibles à de nombreux crédits, il entraîne souvent une complexification de leur démarche de recherche de financements.

  • « Il y aussi le problème des projets qui sont considérés comme étant intéressants mais qui ne rentrent pas dans les grilles. » Expression d’un porteur de projet durant le débat sur les financements
  • « Notre projet intéresse plein de personnes mais certains ne veulent qu’un petit bout et pas l’autre, ce qui pose problème pour obtenir leurs financements. » Pascal LAFONT – Directeur des Ateliers de la Bruyère – Pôle Laine du Pays de Saugues
  • « Évidemment ce n’est pas un projet classique [Cité de l’Autre Economie à Dijon] donc on ne rentre dans aucune case. Il faut donc montrer aux interlocuteurs sur quoi je suis éligible ». Jacques NODIN – Président de Envie Dijon

Cette difficulté peut provenir de la diversité des statuts des structures porteuses des projets.

  • « La région nous soutient via la direction de l’agriculture et du développement rural mais nous avons des difficultés à rentrer dans les clous puisque nous sommes à la fois entreprise et association. [...]

Certaines fondations refusent de nous soutenir car c’est un projet protéiforme, à but non-lucratif et à terme, nous prévoyons de faire évoluer l’association en SCOP (Société Coopérative et Participative) » Marie BOURBON – Co-fondatrice de l’association Malteurs Échos

Des sources de financement peu lisibles

  • « Les sources de financement et les acteurs sont peu lisibles. Il n’est donc pas facile de savoir qui finance donc ça prend beaucoup de temps et de compétences, d’autant plus qu’on ne sait pas toujours que ça existe. […] Trouver des financements, c’est aussi un métier ». Expression d’un porteur de projet durant le débat sur les financements
  • « In fine, même pour participer en tant qu’habitants, il faut parfois être des professionnels du financement ». Meriem FRADJ – Présidente de l’association Le Mat Drôme

Des dossiers de demande de financement complexes qui requièrent une forte technicité et ne correspondent pas toujours au caractère souple et évolutif des projets

« À part le financement de l’AFDPAB, du Conseil Régional et d’une des fondations à hauteur de 20 000 euros, nous sommes sur des financements annuels qui nécessitent de prévoir les investissements un, deux ou trois ans à l’avance. Ce qui peut être compliqué puisque nous n’avons pas forcément la visibilité nécessaire. Nous sommes aussi sur d’autres financements plus compliqués qui nous demandent des lignes de budget précises ». Marie BOURBON – Co-fondatrice de l’association Malteurs Echos

Cette situation se trouve parfois accentuée par des institutions dont l’octroi de financements est soumis à un financement complémentaire. C’est le cas de certains financements européens qui ne sont attribués que si l’on dispose de cofinancements.

Des procédures de demande de financement qui entravent les moyens d'action

Le degré de technicité attendu de ces dossiers peut entraîner un coût important au regard du montant du financement du projet et nécessite la mobilisation de compétences que les porteurs de projet n’ont pas toujours.

  • « Les contraintes administratives sont chronophages et parfois, 1/3 de la subvention est utilisé pour se justifier sur sa bonne utilisation » Emmanuelle JOUAS – Chargée de Développement – Association Locaux Motiv

… pour cinq principaux leviers

Les éléments de cette partie sont partiellement repris de l’atelier sur le financement des projets. La question de départ était : « Quels leviers déployez-vous pour dépasser les difficultés de financement et quels en sont les acteurs ? ».

Développer l'autofinancement et s'ouvrir au financement participatif

Certaines associations tentent de trouver des sources d'autofinancement en proposant des prestations rémunérées

  • « Pour avoir plus de marge, nous avons mis en place des formations à la participation ». Fanny VIRY – Coordinatrice de la recherche et de la formation – ANCIELA

D'autres essaient de mobiliser des formes de financements plus participatives

  • « Pour démarrer, nous bénéficions de co-financements partagés entre des apports personnels, de citoyens, d’associations, les dons et les adhésions. […] A terme, nous prévoyons de faire évoluer l’association en SCOP ». Marie BOURBON – Co-fondatrice de l’association Malteurs Echos


Erreur lors de la création de la miniature : convert: no decode delegate for this image format `/tmp/magick-XX4Jv3v6' @ constitute.c/ReadImage/503.
convert: missing an image filename `/tmp/transform_f98c6002828a-1.png' @ convert.c/ConvertImageCommand/2800.

S’appuyer sur la société civile

Faire du bénévolat une force et une ressource

  • « Le fait qu’on n’ait aucun financement nous oblige à nous faire aider beaucoup. Du coup, ce n’est pas plus mal puisqu’on développe de vraies relations avec les gens ». Cyril LE FUR – Incroyables Comestibles de Clermont-Ferrand

Certains acteurs souhaitent s'appuyer davantage sur le fonds de participation des habitants proposé dans le cadre de la politique de la ville

  • « Il existait auparavant les fonds de participation aux habitants. Où sont-ils passés ? Meriem FRADJ – Présidente de l’association Le Mat Drôme


Erreur lors de la création de la miniature : convert: no decode delegate for this image format `/tmp/magick-XXBVRz0d' @ constitute.c/ReadImage/503.
convert: missing an image filename `/tmp/transform_76b783deba13-1.png' @ convert.c/ConvertImageCommand/2800.


Les appels à projets : un levier d’action favorable à la mise en œuvre d’initiatives de transition écologique

Les pouvoirs publics contribuent aussi aux projets résilients à travers des appels à projets comme celui existant en Isère depuis 2012 et portant sur l’ESS. Cet exemple illustre aussi les coopérations possibles entre collectivités territoriales et services de l’État, ici la DIRECCTE, pour contribuer à l’émergence de ces initiatives. On peut aussi citer l’appel à projets recherche-action mené par le Conseil Régional d’Auvergne en 2013 dans le but de promouvoir le partenariat entre porteurs de projets et chercheurs. Celui-ci a permis au Pôle Laine de financer un travail de recherche sur son projet.

  • « Ce projet de pôle laine a trouvé une première concrétisation grâce à un appel à projet de recherche-action de la Région Auvergne sur l’innovation sociale. Cela a permis de financer le travail des chercheurs du CEREMAC à hauteur de 30 000 euros ». Pascal LAFONT – Directeur des Ateliers de la Bruyère – Pôle Laine du Pays de Saugues

Mobiliser le mécénat comme ressource potentielle


Erreur lors de la création de la miniature : convert: no decode delegate for this image format `/tmp/magick-XXVZxn4q' @ constitute.c/ReadImage/503.
convert: missing an image filename `/tmp/transform_37fe5a67f335-1.png' @ convert.c/ConvertImageCommand/2800.


Les participants à la journée d’échange et de travail collaboratif du 17 juin ont cité plusieurs mécènes intervenant dans le financement de leurs projets dont la Fondation RTE, la Fondation de France, la Fondation Vinci, la Mondiale AG2R et l’Archipel des Utopies1 sont fréquemment cités dont les dons peuvent constituer une source de financements très importante pour certains projets.

  • « La souplesse d’une des fondations nous permet de bénéficier d’un financement pluriannuel à hauteur de 20 000 euros sur 3 ans, ce qui est un véritable soulagement ». Marie BOURBON – Co-fondatrice de l’association Malteurs Echos

Communiquer sur les financements acquis

Les acteurs mettent plusieurs leviers potentiels concernant la communication autour du projet:

  • déposer un projet bien ficelé
  • cultiver les réseaux
  • communiquer sur les financements acquis
  • développer une communication innovante pour sensibiliser les financeurs potentiels
  • essayer de ne pas présenter les projets de façon trop idéologique »

Propos recueillis dans l’atelier sur les leviers pour dépasser les contraintes de financement des projets



Fiche résumé réalisée par Adeline Bordais (CGDD-DRI) sous l’initiative et la relecture de Jean-Michel Tanguy (CGDD-DRI) et Geneviève Besse(CGDD) ; à partir des travaux de la version complète "Société résiliente et cohésion sociale". Décembre 2014.